Zhang Yimou consacré au Far East Film Festival d’Udine

Le grand cinéaste Zhang Yimou a reçu le prix « Golden Mulberry » pour l’ensemble de sa carrière à la 26ème édition du Far East Film Festival d’Udine. 

Présenté comme « un cinéaste qui a révolutionné l’esthétique de la Chine des années 1980 », le cinéaste n’a cessé de poursuivre plusieurs genres, du drame rural au wu xia en passant par le thriller et les superproductions à gros budget. Le président du festival dira notamment qu’il est un réalisateur qui  « poursuit une vision libre et totale du cinéma. Un cinéma où les histoires individuelles ont toujours été un miroir culturel, éthique et politique de l’histoire collective ».

Plutôt, Zhang Yimou a donné une masterclass ou il s’est exprimé sur ses techniques et obsessions cinématographiques, de sa quête constante de la touche humaine et de la raison pour laquelle tous les films ne doivent pas nécessairement être des chefs-d’œuvre.

« Personne n’a de pur talent. Le succès vient aussi du travail acharné et de la chance qui rassemblent une équipe optimale et un casting solide. Je ne crois pas que tous les films puissent être des chefs-d’œuvre et je doute d’avoir réalisé mon meilleur film possible jusqu’à présent ».

Observant d’autres transformations au cours de ses 40 ans de carrière, Zhang Yimou a déclaré que la vitesse et la technologie aident la jeunesse, mais il reste convaincu que le cinéma résistera aux défis de l’intelligence artificielle.

« Tout a changé. Beaucoup de gens peuvent penser que Épouses et Concubines est trop lent. Les images d’aujourd’hui sont plus rapides. Le rythme est plus rapide. Désormais, à l’ère du web et du multimédia, tout le monde peut être réalisateur. Grâce aux courts métrages et au partage [sur internet], la barrière à l’entrée est très faible, mais je suis souvent impressionnée par les courts métrages que je vois en ligne. Nous disposons de nombreuses technologies pour aider à la production, mais les sentiments humains sont ce qui compte le plus. En lisant les nombreux scénarios que je reçois, je recherche une histoire qui m’émeut intérieurement ».

Zhang Yimou a poursuivi :

« La technologie ne peut pas créer de sentiments. Les humains partagent des animaux. Nous partageons ce qui compte pour nous. À mesure que la technologie se développe, les sentiments deviendront encore plus importants ».

Zhang est célèbre pour avoir confié des rôles déterminants à la carrière de nombreuses actrices, notamment Gong Li, Zhang Ziyi, Zhou Dongyu ou dernièrement Liu Haocun. Son processus de sélection repose essentiellement sur l’empathie.

« Tout le monde peut jouer un rôle, mais tout le monde ne peut pas être acteur. Un acteur doit être capable de jouer. Mon équipe effectue des recherches en ligne, notamment dans les écoles d’art et de création. Une personne sur cinq est peut-être bonne, mais seulement une sur mille possède les caractéristiques nécessaires. J’utilise toujours mon appareil photo pour faire les tests. Plus tard, je les évalue à nouveau pour trouver le visage approprié pour le grand écran. Un visage de cinéma est celui qui touche vraiment le public. Il n’est pas nécessaire qu’il soit particulièrement beau ou laid, mais il doit être spécial. Viennent ensuite la voix, le mouvement, la manière de lancer les répliques. Ils doivent être capables d’exprimer leurs sentiments ».

Zhang était plus ironique concernant les grandes stars internationales telles que Christian Bale dans Sacrifice of War et Matt Damon dans La Grande Muraille, suggérant que leurs compétences les rendent économiques sur le plateau et que leur réputation est rassurante pour les investisseurs. Mais ils nécessitent une grande attention sur le plateau.

« Les grandes stars américaines sont fascinantes. Je ne comprends pas ce qu’ils disent, mais je regarde simplement leur jeu. Ensuite, ils viennent me voir et me demandent comment ça s’est passé. Je devais toujours trouver des suggestions d’améliorations pour Matt Damon. Tous les acteurs attendent des commentaires ».

Enfin Zhang Yimou n’a pas hésité à donner des conseils aux cinéastes en herbe :

« Il n’y a pas de magie. Pour réussir, il faut être résilient et continuer. On ne sait jamais quand une opportunité se présentera ni à quoi elle ressemblera. Nourrissez votre passion, continuez à vous former ».

Ayant pour sujet la légitime défense, le dernier film de Zhang Yimou, Article 20, (NDR : nom de la loi sur la légitime défense) est sorti cette année en Chine durant le Nouvel An chinois rapportant 340M$ au box-office.

À Propos de Tirry

Créateur et rédacteur en chef de Celestial Empire, connu également pour être le tenancier du site Jackie Chan France

À LIRE AUSSI

La fresque de Zhang Yimou FULL RIVER RED débarque au cinéma en France cet été !

Plus gros carton du box-office chinois de l’année dernière avec 626M$ de recettes, Full River …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *